Sincholagua

8h30, je suis à la hauteur du sommet du Mont-Blanc, au petit col à environ 70m sous le sommet du Sincholagua (4873m). La fin de l’ascension est de l’escalade, mais je suis seul et sans corde, la neige rend la roche glissante et je n’ai pas pris mes crampons, les premiers nuages se forment et réduisent la visibilité, France et les filles m’attendent en bas pour le pique-nique… autant de raisons de m’arrêter là, et de profiter sereinement de cette vue magnifique. Je savoure, avant de redescendre jusqu’au rio Pita, au bord duquel nous avons planté la tente hier soir, à 3600m d’altitude. A 11h30 j’entre rapidement dans la tente alors que la pluie commence à tomber. Un violent orage éclate !

Quelle chance j’ai eu de pouvoir faire cette ascension par beau temps ! Il a plu fort pendant la nuit; brume épaisse et grand silence en partant de la tente ce matin à 4h… puis j’ai marché sous un ciel étoilé et admiré le lever du soleil sur les volcans : Quilindaña, Cotopaxi, Rumiñahui, Ilinizas, Corazón, Pasochoa, Guagua et Rucu Pichinchas, Cayambe, Antisana ! Chemin superbe passant d’un vallée verdoyante au sommet escarpé et enneigé du Sincholagua. Aigle, lapin, perdrix, renard, colibri… Pas de pluie, pas de boue, pas de vent. -5°C au petit jour, chaleur du soleil équatorien quelques instants plus tard. Après plusieurs ascensions dans les nuages, ce Sincholagua est un régal.

Notre tente est installée à la limite du Parc National Cotopaxi. Le pont envisagé pour traverser le rio Pita est barré par de gros rochers, alors nous n’avons pas été plus loin, et la balade était juste un peu plus longue. Deux 4×4 de Machachi, petite ville voisine, après quelques hésitations, se lancent elles dans la rivière pour traverser à gué ! Le treuil est de sorti, les deux véhiculent se retrouvent sur l’autre berge. Le site est truffé de curiosités : capteur de lahars (nous sommes proches du Cotopaxi, volacn actif…), maisons abandonnées, four à pain creusé dans la roche, grottes au-dessus du rio… Une fois le camp plié, nous suivons les pistes qui arpentent la partie très peu fréquentée du parc. Chevaux sauvages, collecte de sable volcanique…

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *