Cerro Pilishurco

WE tout terrain !

RDV avec Roberto samedi après midi, pour aller jusqu’aux antennes d’Ambato; nous espérons rencontrer les personnes en charge du site, avec sans doute des instruments mesurant les mouvements sismiques de la région et des informations à nous donner, en plus de la forêt d’antennes pour téléphones et télévision, que nous apercevons de loin.
Toujours est il que chez Roberto nous nous retrouvons embarqués dans une caravane de 4×4, quatre véhicules au total, parés pour en découdre sur les chemins boueux ! Armés de crics, treuils, sangles, bottes et gants ainsi que de bonne humeur, ils se retrouvent fréquemment pour tester leurs véhicules dans les conditions les plus improbables.
Deux filles du même âge que Léonie et Aurore changent de voiture et l’arrière de la Land Rover devient le terrain de jeu des quatre fillettes enchantées. Chacun s’embourbe à son tour (impressionnant) et Roberto à l’aide de son treuil sauve la plupart des situations. Arrivés en haut, rattrapés par la brume à 4000 m d’altitude, la joyeuse bande nous quitte pour redescendre de nuit, non sans s’être assurée du confort de notre tente. Nous savourons alors le calme, entrecoupé de mugissement de taureaux qui, nous l’apprendrons plus tard, servent à la corrida…
Le lendemain nous rendons visite aux gardiens des antennes. Ils voient passer une multitude de marcheurs, scouts campeurs, cyclistes ou cavaliers, de ceux qui arpentent ces hauteurs pour la magie du panorama, semé de volcans lorsque le ciel est dégagé. Il y a bien un sismomètre mais personne sur place pour nous en parler.
De retour à Ambato, nous retrouvons les deux chambres terminées que nous occupons… à quand l’étage fini ? Nous avons hâte d’être vraiment installés, de défaire nos sacs, de ne plus vivre dans un chantier et de pouvoir travailler efficacement.

Sortie VTT avec Angel

Première semaine d’école

Beaucoup d’émotions cette semaine de rentrée. L’hymne national chanté en préambule lundi matin donne le ton. Formel et bonne tenue. Léonie et Aurore ne parlent pas espagnol et appréhendent, heureusement l’uniforme lisse un peu leurs différences. Léonie est en grade septimo, avec un maître d’école assez calme, Aurore est en cuarto avec une maîtresse vive et autoritaire. Une belle écriture est appréciée, les filles commencent par faire des pages de lignes… Heureusement elles se font vite des amies et, atout supplémentaire dans la cour de récréation : il y a le bar ! avec 50 centimes en poche, elles peuvent choisir un snack sain, maïs, pastèque, yaourt, sandwich au jambon ou au poulet… Il faut dire que les cours commencent à 7h du matin pour finir à 12h20. C’est la cession des « matutinales ». L’après midi, d’autres élèves prennent le relais dans les classes à partir de 13h.
Une semaine n’est pas de trop pour comprendre le fonctionnement et les règles de l’institution, autant pour les nuances d’uniformes (le lundi, les jour de sport, les jours normaux!) que pour comprendre les enseignants, trouver la liste du matériel scolaire. Les parents aussi sont avenants et nous faisons d’agréables rencontres… A suivre !

Rentrée scolaire

 

 

Hymne national équatorien chanté par les élèves chaque lundi, école Nicolas Martinez à Ambato, 4 septembre 2017.

Mariage à Pilahuin

Week-end camping, boue et bout de piste !

Ce week-end notre tente a repris du service. Comme au Nunavut, départ le vendredi après l’école mais plutôt que sur la banquise nous campons à 3800m d’altitude. Le but est de s’éloigner des sentiers battus et d’explorer les environs. La fin de piste dénichée par Eric sur Google Map n’est praticable qu’en 4×4 assurément, et s’achève a l’orée d’une vallée spongieuse. Une fois les quatre roues définitivement enfoncées dans la boue, nous établissons notre bivouac..! Sommet enneigée au fond de la vallée, vaches et veaux en liberté, avec un taureau, heureusement attaché, comme gardien de notre tente. Dîner froid mais bonne ambiance sous notre dôme orange. Le lendemain, nos efforts pour se désenliser ne donnant rien, Eric et Léonie partent à pied vers un lieu habité afin de ramener de quoi manger et d’appeler Roberto. Celui ci nous rejoint et à l’aide du winch de son 4×4, extirpe en un rien de temps la Land Rover de sa boue. Super Roberto !

Dans la vallée serpentent en pente très douce et en arc de cercle tout un circuit de rivières canalisées afin d’irriguer plus bas les cultures, grâce à la fonte des neiges du volcan Chimborazo. Un parfait terrain de jeu !

Mont Santa Elena

Observatoire du volcan Tungurahua

Environs d’Ambato

Voiture et altitude !

Ce dimanche, nous profitons enfin du Land Rover pour aller explorer la nature alentours. A 40 km d’Ambato, elle nous emmène (non sans un arrêt pour cause de surchauffe!) jusqu’à 4200m d’altitude le long d’un chemin désert entre les cimes arides, magnifique ! Fraîcheur garantie, nous sommes heureux.