De la neige aux bananiers en Cinécyclo

La grande descente des Andes à vélo !

Départ de l’Arénal à 4200m, au pied du Chimborazo, passage par 4340m près du Cerro Añimullo, puis Pachancho, Salinas de Bolivar, Pambabuela, Mirador Escuadron Gavilan, Tres Marias, Tigre-Urko, Copalpamba, Muldiahuan, Chazojuan, Camaron, Recinto Naranjal, Recinto Arroz Uco, arrivée à Echeandia à 300m.

Quelques montées mais surtout un longue descente de la Sierra à la Costa, sur une piste éprouvante pour les cyclistes, les vélos, les sacoches et leur contenu. Avec leurs petites roues et assez peu d’entraînement, Léonie et Aurore ont beaucoup de mérite ! 78 km parcourus dont 73km de pistes, 4500m de descente, 600m de montée, et beaucoup de contrastes à l’image de l’Equateur. Les paysages, le coucher de soleil sur la mer de nuage, la pleine lune, le fromage de Salinas, l’accueil dans les villages, le succès des projections, les quelques kilomètres de route toute neuve et la baignade à l’arrivée ont largement compensé la fatigue, les courbatures et les petits soucis techniques.

Pachancho, 25 octobre à 20h, petit hameau à 4020m d’altitude : 12 spectateurs, 1h30 de projection à l’intérieur de la maison communale, où nous sommes invités pour la nuit. Repas du soir et petit-déjeuner chez Ricardo, le président de la communauté (environ 200 personnes). Nous arrivons un peu tard, à la frontale, et une partie des habitants dort déjà ! Au lever du jour, le givre témoigne de la fraicheur de la nuit.

Tigre-Urko, 26 octobre à 20h, village à 1570m d’altitude : 100 spectateurs, 2h30 de projection à l’extérieur sur le terrain de sport, écran installé dans l’une des cages de foot (du sur-mesure!). Nuit dans la maison communale : nous n’avons emporté que matelas mousse et duvets, pas de tente, ni de réchaud, ni de vaisselle pour être plus légers.

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *