Ascension du volcan Cotopaxi

Le Cotopaxi, 5897m, est le deuxième sommet d’Equateur après le Chimborazo, et l’un des quatre volcans actifs du pays avec le Sangay, le Tungurahua et le Reventador. Il n’a que deux mètres de plus que le Kilimandjaro, au sommet duquel Fred Rénier et moi étions à Pâques 1995! Ce volcan menace particulièrement la région de Quito, à 60km au nord, et la région de Latacunga, à 30 km au sud. Nous travaillons régulièrement avec des communautés du canton de Latacunga (à 35 km d’Ambato) ou des cantons voisins, dans le cadre de notre projet de réduction des risques sismiques et volcaniques. Par beau temps, nous pouvons admirer ce géant depuis Ambato ! Ma curiosité est grande d’aller le voir de plus près, d’atteindre le bord du cratère, surtout que le sommet est à nouveau autorisé, après avoir été interdit pendant plus de deux ans, en raison de l’activité volcanique. Avec Fred et Henri, nous formons une cordée et convenons d’une date avec un guide, Nato, ami du groupe Tungurahua Adventure Team d’Ambato, avec qui je partage régulièrement des sorties trails ou VTT. Fred et Henri sont également volontaires en Équateur pour la fondation Ecuasol. Nous avons cumulé quelques ascensions ces derniers temps, et nous pensons être suffisamment acclimatés pour tenter ce sommet mythique…

France, Léonie et Aurore nous accompagnent jusqu’à la Rinconada, lieu superbe pour camper, au pied du volcan. C’est là que toute l’équipe se rassemble.  A 23h, après quelques courtes heures de sommeil, tout le monde émerge et France nous conduit en voiture jusqu’au bout de la piste, à une douzaine de km, à 4620m d’altitude. Départ du parking à minuit, arrivée au refuge 40 minutes plus tard (4860m), toutes les cordées sont déjà parties : environ 60 personnes sont devant nous ! Nato connait bien le gardien, qui nous offre un thé, dans le beau refuge désert. A 1h du matin, nous reprenons notre route, et vers 1h30, nous touchons la neige : nous chaussons les crampons et nous encordons. Henri a 25 ans, Fred 35, Nato 54 et moi 48, mais nous trouvons un bon rythme commun et arrivons au sommet à 5h30… il fait encore bien nuit, -11°C, vent fort, seules deux autres cordées sont déjà arrivées. Nous savourons, prenons des photos, bougeons pour ne pas trop se refroidir, et attendons le lever de soleil. L’odeur de souffre est forte par moment, perceptible bien avant d’arriver au sommet. Le cratère est peu visible, non seulement car l’aube pointe à peine, mais surtout parce qu’il est rempli de vapeur. Ambiance inoubliable. Descente en à peine plus d’1h30, nous sommes de retour au refuge à 7h45, où nous accueillons vers 10h une vingtaine de personnes du groupe Tungurahua Adventure Team qui vient faire une école de glace ! Aurore, Léonie et France viennent à leur tour pour toucher la neige et faire des glissades !

Un grand merci à Petzl pour l’équipement de montagne !

 

0 réponses

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *